8 oeuvres d’art célèbres controversées

Classé dans : ATYPIQUE, CÉLÉBRITÉ, FOCUS | 0

Pour rester tristement au contact de l’actualité, Synergie Déco a décidé de faire un tour d’horizon sur des oeuvres d’art célèbres controversées à travers l’histoire. Nous profitons également de cet article pour nous joindre à la peine des familles et amis des personnes qui nous ont quittées lors de ce terrible attentat à Charlie Hebdo. Nous sommes tous Charlie, comme la plupart d’entre nous l’ont déjà fait savoir sur les réseaux sociaux. Et nous sommes tous en lien avec les victimes: famille, amis, lecteurs fidèles ou occasionnels, nous avons rit avec Cabu dès notre plus jeune âge, sourit des croquis de Wolinsky dans Paris Match…

En leur hommage, dans  cet article, nous allons voir  comment certaines oeuvres d’art ont pu se mettre à dos certaines populations « bien-pensantes » de leur époque de création. Démontrons que la provocation artistique n’est qu’une forme d’expression parmi tant d’autres, et que mieux, elles ont su traverser les âges pour devenir ainsi les témoins silencieux mais non muets de leur époques.

« Le déjeuner sur l’herbe », d’Édouard Manet

4903-exposee-pour-la-premiere-fois-en-630x0-1Ce tableau très suggestif a suscité de vives réactions à l’époque, Manet ose la nudité de son personnage central, incarné par Victorine Meurent, qui posera également pour l’autre oeuvre scandaleuse « Olympia ». La nudité était jusque là réservée aux représentations bibliques, et sert ici à montrer une parties des moeurs contemporaines, à savoir les relations charnelles entre hommes et femmes, dénuées de pudeur. Ce tableau deviendra l’une des oeuvres les plus importantes de l’histoire de la peinture.

 

 

La vénus d’Urbino de Titien

thumbnail

 

Titien, peintre de l’école vénitienne, fit scandale avant tous avec cette Vénus peinte en 1538. Le sujet reste allégorique, mais le regard de cette déesse qui fixe le spectateur crée un lien qui dérange profondément. Sa main suggère la masturbation, rejetée violemment à l’époque. Ce sera le seul essai de Titien à représenter ce type de geste. A noter que ce tableau n’a pas nuit à la grande carrière de portraitiste de l’artiste, considéré comme le meilleur de son époque. Néanmoins, ce tableau inspira le fameux « Olympia » de Manet, jugé plus froid et plus provoquant par l’absence d’émotion dans le regard du modèle.

 

 

« Orange mécanique », de Stanley Kubrick 

UnknownLe film de Kubrick adapté de l’oeuvre déjà choc d’Anthony Burgess en 1972 fit couler beaucoup d’encre. Il met en scène l’histoire d’Alex et de ses acolytes, qui vivent de vols, violences, et sexe dans une Angleterre grise et triste. Même si l’époque se voulait plus permissive sur les moeurs (libération sexuelle oblige), cet étalage d’ultra violence et surtout l’absence de remords des protagonistes choque. Tout autant que le traitement infligé afin de guérir Alex, lui aussi issu de la violence à l’état pur. La 9ème symphonie devient une arme, prenant à contrepied la logique.Le subconscient de l’homme est au coeur de ce film, et offre une analyse pertinente de notre vie: la jeunesse avec ses instincts primaires, l’éducation, qui fait perdre toute humanité à Alex, et le contraint à réagir à des stimuli, comme une machine, et le retour à la réalité, brutal, avec des repères faussés.

La violence qui le caractérisant en 1972 est malheureusement devenue banale sur nos écrans, le plaçant en précurseur de notre époque. Orange mécanique est sans conteste un chef-d’oeuvre, qui pousse à la recherche de la connaissance sur le subconscient humain. Il a tout de même été interdit à la sortie en vidéo club pendant 25 ans…

 

« L’énigme de Guillaume Tell », de Salvador Dali

Unknown-2Dur de choisir une oeuvre choc chez l’artiste, qui lui même mettait en scène son personnage, et dont le moindre geste était source de scandale! « L’énigme de Guillaume Tell , peint en 1934, sort néanmoins du lot, car sa symbolique est forte, à une époque où le fascisme arrive peu à peu au pouvoir. Sa première symbolique est de représenter une caricature de Lénine, » la fesse anamorphique, planifiée, et molle du bout »!,   Inspirée par un de ses rêves, (le rêve est le moteur premier de toute forme d’art), l’oeuvre manque de le faire exclure du cercle des surréalistes mené par André Breton, homophobe avoué, à qui Dali tentera l’explication suivante devant un jury composé des membres du même groupe:« Si donc ce soir, André Breton, je rêve que je t’encule, demain je nous peindrai dans nos meilleures positions avec le plus grand luxe de détails ».

L’autre explication viendra de Dali lui-même, plusieurs années plus tard, à la lumière d’un père qui l’a chassé de la maison parcequ’il s’était mis en ménage avec une femme divorcée: »Guillaume Tell c’est mon père, et moi le petit enfant qu’il tient dans ses bras qui au lieu d’une pomme tient une côtelette crue sur la tête: il veut manger. A côté de son pied, une toute petite noix contient un tout petit enfant qui est l’image de ma femme, Gala. Et, elle est tout le temps menacée par ce pied. Car si ce pied bouge un tout petit peu, il peut écraser la noix ».

Dali est sans  nul doute l’un des artistes majeurs du XXème siècle, la controverse et la polémique n’ayant été que des armes lui permettant d’arriver au sommet de son art multiple. « Sa plus belle œuvre, avait dit un critique, c’est d’avoir été son propre chef-d’œuvre ».

 

« L’origine du monde « , de Gustave Courbet

téléchargement2Courbet montre ici le nu ultime, celui que chacun s’évertuait à cacher jusqu’alors: le sexe de la femme. Le mouvement réaliste, auquel appartient Courbet, tend à montrer la réalité sans fard, telle qu’elle est. Une femme, sans nom, sans tête, qui nous empêche de situer l’oeuvre dans le temps. Le seul indice serait la générosité des courbes, chères au XIX èmè siècle, mais qui pourrait aussi situer le tableau dans l’Antiquité. Ce qui choque réellement, sans doute, est peut-être le tai que la pose suggère que cette femme vient de faire l’amour.. La pose entraîne de plus l’observateur au centre du tableu, le mettant au coeur de l’action. Féministe, de par le choix de son nom (le monde ne sera pas sans la femme(, mais aussi fétichiste, car le corps est dépersonnalisé de par le cadrage.

Peint en 1866, ce tableau a presque été « caché » au grand public jusqu’en 1995, date à laquelle il intègre le musée d’Orsay. Preuve qu’il choque encore…

 

Merda d’artista, Piero Manzoni

téléchargement-3

Merde d’Artiste
contenu net gr 30
conservée au naturel
produite et mise en boite
au mois de mai 1961

 

Voici ce que l’on peut lire sur les 90 boîtes de l’artiste Piero Manzoni, fortement influencé par les ready-mades de Marcel Duchamp, (Fontaine en forme d’urinoir, exposée puis retirée aussi sec). Le prix initialement foxé était de 30 grammes d’or les 30 grammes d’excréments, mais à la mort de l’artiste, certaines boîte se sont échangées pour l’équivalent de plus de 3000 grammes d’or!

La panique arrive lorsque certaines boîtes se mettent à fuir, et provoquent un refus véhéments de leur possesseurs, qui déclarent l’oeuvre non conforme à leur achat. Un commissaire priseur stipule alors que si toute les boîte subissent le même sort, c’est que l’artiste voulait que son oeuvre évolue, et que sa valeur n’est nullement entachée(!).

Pseudo artiste, ou génie, pouvant faire passer de la simple merde pour de l’art, il a tout de même réussi le pari de faire grimper la cote de ses boîtes à des prix faramineux… Ce n’est pas sans rappeler la machine à faire de la merde du Belge Wim Delvoye, engin qui a nécessité un budget faramineux pour sa conception.

Les « Monochromes » de Yves Klein.

images-2Déjà en 954, dans Yves Peintures et Haguenault Peintures, Klein posait la question de l’illusion dans l’Art. Poussant la provocation jusqu’à proposer des tableaux composés d’une seule couleur, et de plus peints à l’aide d’un rouleau à poils longs empruntés aux peintres en bâtiments…Klein explore selon certains la profondeur de la couleur, et invite à la méditation devant l’immatériel.

Lorsque en 1955 il essaie d’intégrer une exposition réservée aux artistes abstraits avec Expression de l’univers de la couleur mine orange (monochrome orange) , il s’entend répondre par le jury: « Vous comprenez, ce n’est pas vraiment suffisant tout de même ; alors si Yves acceptait au moins d’ajouter une petite ligne, ou un point, ou même simplement une tache d’une autre couleur, nous pourrions l’accrocher, mais une seule couleur unie, non, non, vraiment ce n’est pas assez, c’est impossible ! »

Il continuera dans ce sens avec l’exposition pompeusement intitulée La spécialisation de la sensibilité à l’état matière première en sensibilité picturale stabilisée,  ou plus simplement Le Vide , à la Galerie Iris Clert. C’est le scandale: une suite de salle vide laisse pantois les nombreux visiteurs. Ce sera lui qui se servira pour ses monochromes de corps de femmes enduits de peinture, se roulant sur le support jusqu’à saturation.

Yves Klein reste un des artistes d’avant garde les plus reconnus d’après guerre.

L’exposition de Murakami à Versailles:

murakami-versailles6Même s’il ne s’agit pas d’une seule oeuvre d’art, il n’empêche que l’exposition de 2010 dans les salles du château de Versailles a fait couler beaucoup d’encre: beaucoup ne voyaient en l’artiste japonais qu’un « industriel du jouet », là où nombreux sont ceux qui voient le génie sous les formes les plus populaires, que sont les champignons colorés, les fleurs, et autres objets issus de l’univers du manga . Peut-être est-ce parce que cet univers est assez éloigné de notre culture que certains sont restés hermétique à cet art?

Aillagon ( directeur de l’époque du château de Versailles) n’a pas tort quand il écrit : « La virtuosité de Murakami, sa familiarité avec les matériaux précieux (l’or est partout) , son sens de la fonction médiatique de l’art, trouvent dans cette vaste machine à créer, à innover, à communiquer que fut Versailles, un écho tout particulièrement intéressant. ».

On aura tout de même échappé à des oeuvres plus choc, telles « My lonesome cow-boy », un homme en érection et en pleine éjaculation, use servant de son sperme solidifié comme d’un lasso, qui s’est vendue à 13,5 millions de dollars…

 

 

On aurait pu en citer beaucoup d’autres, des artistes comme Paul Mc Carthy et son « Tree / sex toy géant sur la place Vendôme, ou encore Gunther Von Hagens, anatomiste qui mit en scène de véritable corps humain dans son exposition Body World dans les années 90 (il a crée un procédé de plastination permettant de figer les corps dans différentes positions)…

L’art est partout, qu’il dérange ou qu’on l’encense, il a le mérite de représenter une forme d’expression qui se doit d’être libre et d’exister au delà des exigences sociétales. Car l’art d’aujourd’hui, sera notre représentant de demain. Et personne ne mérite d’être censuré ou abattu pour avoir osé s’exprimer.

Commentaires

commentaires